Le S.S. de Toulon

Sans doute le commandant divisionnaire de police Didier Andrieux se serait-il bien passé de cette publicité. Depuis plusieurs jours, en effet, son portrait et son nom s’étalent dans de nombreux médias et sur les réseaux sociaux.

 

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’est pas à son avantage.

Dernier article en date, le papier publié le 9 janvier par Le Parisien sous la signature de Jean-Michel Décugis. Et le journaliste n’y va pas avec le dos de la cuillère.

 

Intitulé « Le lourd passé violent du policier de Toulon », l’ancien patron du GIPN de Marseille y est présenté comme un quasi-psychopathe qui aurait fait régner la terreur dans son unité jusqu’à provoquer son éclatement.

 

Pour accréditer cette thèse, le journaliste du Parisien ressort une affaire interne au service vieille de plus de dix ans. Selon les propos rapportés, l’adjoint au commandant Andrieux de l’époque ainsi qu’une poignée de fonctionnaires de police de son unité auraient fait remonter à la hiérarchie des témoignages sur le comportement « autoritaire » mais aussi parfois « dépressif » de leur chef de service.

 

Dans la réalité, certainement rien de plus que la rivalité de deux hommes qui, portée à son paroxysme, aura incité l’administration policière à muter les intéressés.

 

Procédure, somme toute, assez courante dans ces cas de figure. Mais il n’en fallait pas plus pour que, plusieurs années après, à l’occasion d’une action menée dans le cadre d’une manifestation des gilets jaunes, l’attitude de ce haut gradé de la police soit dénoncée comme étant celle d’un véritable bourreau.

 

En réalité, derrière cette affaire qui, en temps ordinaire n’aurait certainement pas retenu la plume d’un journaliste de renom, se dévoile la continuité d’un procès en violences illégitimes systématiques intenté depuis plusieurs semaines contre l’ensemble des forces de l’ordre.

 

Accusés des pires exactions, comparés à la Gestapo ou aux SS, mais surtout désignés comme les suppôts du pouvoir en place, policiers et gendarmes sont désormais voués aux gémonies.

 

Comme il est loin, le temps des acclamations au soir des attentats islamistes. Comme elle paraît loin, cette cote de popularité dont bénéficiaient, il y a peu encore, les forces de l’ordre auprès de deux Français sur trois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *