Rêve de vie

        2
Il y a deux ans, j’ai rencontré un monsieur qui avait mis une petite annonce dans un journal, il cherchait quelqu’un pour faire un tour du monde sur son voilier. Il avait acheté la coque nue en polyester et avait fait l’agencement lui-même. C’est un brave homme, l’air débonnaire, la casquette sur la tête, enfin un rêveur ! Il se prépare depuis longtemps à son voyage, mais le fera-t-il vraiment ? J’en doute un peu… ? Il y a sa femme qui le décourage. Oui, c’est vrai, il, y a toujours des obstacles pour vous décourager. Nous avons fait connaissance au port de Deauville où nous avions rendez-vous. On a levé l’ancre pour le Week-end, faute de vent, nous n’avons pas été plus loin que la rade de Caen. Moi qui n’ai jamais le mal de mer, je dois dire que le plat de rognon a eu du mal à passé… C’est peu être dues au carré trop petit ? Pendant la croisière, nous avons parlé tout le temps de voyage lointain, il fallait voir son visage s’illuminait quand il s’imaginait des mouillages idylliques, il vivait son rêve, il été heureux. Il a bien fallu rentrer. Nous avons discuté de tout cela, mais moi, je n’étais pas prêt à partir au bout du monde avec lui et son bateau, je ne me sentais pas en sécurité. J’ai bien vu qu’il était déçu que je ne parte pas avec lui. Il faut vous dire qu’il ne manquait pas d’arguments pour me convaincre << Laisse ta copine, tu en trouveras bien une aux escales ! >> c’est bien connu, une fille dans chaque port ! Je lui répondis que je ne pouvais pas la laissée seul car je risquais de ne plus la retrouver en rentrant. Je suis parti en me retournant une dernière fois pour voir ce joli voilier qui ma fait rêver lui aussi, le cœur triste. Après ces démarches infructueuses, je me suis dit que comme j’avais un projet, pourquoi ne pas demander à être sponsorisé auprès de personnes auxquelles je pensais et qui pouvaient être intéressées, résultat : réponses retardées, courriers perdus… De quoi vous décourager…

 

Articles récents

Cathédrale de Paris

Si la nature a horreur du vide, le journalisme a horreur du doute. Voilà près de 24 heures que les médias « main stream » tentent d’éteindre l’incendie des consciences révoltées avec leur gadget préféré : la fameuse « lutte contre le complotisme ».

Ce jeudi 17 avril, les plateaux télé fourmillaient d’experts en « fake news » alors qu’on espérait des experts en incendies.

Mais la recherche de la vérité n’est probablement pas leur affaire principale. Se poser modestement la question de l’accident ou du crime serait-il une faute ontologique ?

Préférer le doute au dogme, une hérésie intellectuelle ? Avancer parmi les décombres avec humilité, un crime de lèse-journalisme ?

Ouvrir ses yeux et tendre l’oreille sans idées préconçues, un péché originel ? Il apparaît clairement qu’un plateau de télévision est désormais le seul endroit au monde où l’incertitude n’est pas permise.

Dorénavant, le journaliste modèle est un soldat du dogme alors qu’il devrait être un soldat du doute.

L’incendie criminel de Saint-Sulpice, il y a moins d’un mois, les actes antichrétienne quotidiens, le calendrier de la Semaine sainte, les propos de l’ancien ingénieur en chef de Notre-dame expliquant, sur le plateau de David Pujadas, qu’il faut « mettre beaucoup de petit-bois » pour que des poutres en chêne de 800 ans brûlent : tout cela n’est rien, n’a aucun sens, ne mérite pas même le début du commencement d’un soupçon.

Laissons les enquêteurs enquêter, avançons avec prudence et sagesse et cessons d’écouter ces petits caporaux marteler leurs certitudes lénifiantes.

La fumée d’une charpente millénaire est montée au ciel, mais elle flotte encore dans nos cœurs.

Elle a gagné la première bataille. Ne laissons pas une autre fumée opacifier nos consciences et nos intelligences.

Il y en a qui se réjouissent, on peut voir leur sale gueules rigoler en voyant la cathédrale brûler, c’est des fils de putain, qui n’ont rien à voir avec nous.

 J’ai l’impression que l’on va à vitesse grand « V » vers des « explications douces et heureuses »… 

Aux armes, citoyens
Formez vos bataillons.
Marchons ! Marchons !
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons.

À mon avis, d’autres incendies vont avoir lieu comme par magie., ça va se multiplier encore plus, et encore plus vous allez vous lamenter, comme d’habitude…

Façade de Notre-Dame de Paris vue du parvis.

cathédrale Notre-Dame de Paris,

 
  1. Article Amazon – Slip Dim Laisser un commentaire
  2. Virginie mon amour, j’aime tes rondeurs !! Laisser un commentaire
  3. Article Amazon – Basket Kuako Laisser un commentaire
  4. Articles AMAZON Laisser un commentaire
  5. Lien Laisser un commentaire
  6. Histoire de Comte Laisser un commentaire
  7. Attention danger ! Laisser un commentaire
  8. Merci les Gilets Jaunes ! Laisser un commentaire
  9. L’Europe des Nations Libre ! Laisser un commentaire