Rêve de vie

        2
Il y a deux ans, j’ai rencontré un monsieur qui avait mis une petite annonce dans un journal, il cherchait quelqu’un pour faire un tour du monde sur son voilier. Il avait acheté la coque nue en polyester et avait fait l’agencement lui-même. C’est un brave homme, l’air débonnaire, la casquette sur la tête, enfin un rêveur ! Il se prépare depuis longtemps à son voyage, mais le fera-t-il vraiment ? J’en doute un peu… ? Il y a sa femme qui le décourage. Oui, c’est vrai, il, y a toujours des obstacles pour vous décourager. Nous avons fait connaissance au port de Deauville où nous avions rendez-vous. On a levé l’ancre pour le Week-end, faute de vent, nous n’avons pas été plus loin que la rade de Caen. Moi qui n’ai jamais le mal de mer, je dois dire que le plat de rognon a eu du mal à passé… C’est peu être dues au carré trop petit ? Pendant la croisière, nous avons parlé tout le temps de voyage lointain, il fallait voir son visage s’illuminait quand il s’imaginait des mouillages idylliques, il vivait son rêve, il été heureux. Il a bien fallu rentrer. Nous avons discuté de tout cela, mais moi, je n’étais pas prêt à partir au bout du monde avec lui et son bateau, je ne me sentais pas en sécurité. J’ai bien vu qu’il était déçu que je ne parte pas avec lui. Il faut vous dire qu’il ne manquait pas d’arguments pour me convaincre << Laisse ta copine, tu en trouveras bien une aux escales ! >> c’est bien connu, une fille dans chaque port ! Je lui répondis que je ne pouvais pas la laissée seul car je risquais de ne plus la retrouver en rentrant. Je suis parti en me retournant une dernière fois pour voir ce joli voilier qui ma fait rêver lui aussi, le cœur triste. Après ces démarches infructueuses, je me suis dit que comme j’avais un projet, pourquoi ne pas demander à être sponsorisé auprès de personnes auxquelles je pensais et qui pouvaient être intéressées, résultat : réponses retardées, courriers perdus… De quoi vous décourager…

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...
Rêve de vie, 9.6 out of 10 based on 9 ratings

Articles récents

Le voyage de Trice : la Bretagne

 

 

Résultat de recherche d'images pour "armoirie de la bretagne"

 

Pays - Blason - Cornouaille.png

 

Résultat de recherche d'images

 

 bannalec

 

Bannalec

 D’un point de vue historique, elle appartient à la Cornouaille, elle se situe sur les grandes failles du Massif armoricain. Mentionné pour la première fois vers 1030 dans, le cartulaire de Quimperlé, Bannalec est désignée sous le terme Plebs Banadluc. 

Le toponyme associe au Breton balan « genêt » (en vieux breton banadl et en moyen breton banazl) signifie tout simplement « l’endroit où pousse le genêt (genêtière) » Bannalec doit probablement son nom du fait que le genêt à balais y pousse en abondance.

L’histoire de Bannalec est indissociable de celle des seigneurs de Quimerc’h sous l’Ancien Régime. En effet, ces puissants seigneurs disposaient d’un château féodal à Bannalec et de nombreuses terres dans la paroisse et celles du voisinage. 

Par ailleurs, la seigneurie fut érigée en baronnie par le duc Jean V en 1420 en récompense des services rendus par le seigneur de Quimerc’h à son suzerain, notamment pour le soutien militaire qu’il lui a apporté au cours de l’épisode de la trahison de Marguerite de Clisson et de ses deux fils Charles et Olivier. 

Elle disposa de ce fait du droit de haute, moyenne et basse justice avec création d’un gibet à quatre piliers sur le tertre de Roz-Glaz. La seigneurie passa successivement par alliance aux mains des Quimerc’h (XIe-XIVe), des Hautbois (XIVe-XVIe), des Tinténiac (XVIe-XVIIIe) et des Du Breil de Rays (XVIIIe). 

Le plus ancien seigneur de Quimerc’h dont le nom se nommait Rivallon et vivait entre 1066 et 1114. Les armes des seigneurs de Quimerc’h furent de tout temps un champ d’hermines meublé d’un croissant.

 La présence d’hermines sur le blason, laisse à penser que ce Rivallon était un proche parent du duc de Bretagne. Quant au croissant, il appartenait à la famille des comtes de Cornouaille.

 Blasons d’après le Nobiliaire de Pol Potier de Courcy . Bannalec prend part à la révolte des Bonnets rouges en 1675. Malgré l’intervention de René III de Tinténiac en faveur des révoltés, les cloches de l’église paroissiale sont descendues en guise de punition et les révoltés doivent déposer leurs armes sous la conduite du seigneur de Quimerc’h à Port-Louis ou s’était réfugié le duc de Chaulnes. 

En 1831, sur une population de 4 183 habitants, seulement 126 hommes et 44 femmes savent parler le français, le breton étant la langue d’usage, et 72 hommes et 18 femmes savent l’écrire.

En 1847, une famine à Bannalec fait suite à la maladie des pommes de terre en 1844, à la sécheresse au cours de l’été 1845 et aux gelées profondes au cours de l’hiver 1845-1846. Un cas de cannibalisme est rapporté par la presse régionale sur la commune.

En 1863, la ligne de chemin de fer Lorient Quimper qui dessert Bannalec est mise en service.

 

      

 

Copyright © Little Trice

 

Copyright © Little Trice

 

Copyright © Little Trice

 

 

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...
Rêve de vie, 9.6 out of 10 based on 9 ratings
  1. Le voyage de Trice : la Bretagne Laisser une réponse
  2. Le voyage de Trice : le Bas-Poitou Laisser une réponse
  3. Le voyage de Trice : La Haute-Normandie Laisser une réponse
  4. Le voyage de Trice : Grand-Duché de Luxembourg Laisser une réponse
  5. Le voyage de Trice : La Basse-Normandie Laisser une réponse
  6. Quelque part en Île-de-France Laisser une réponse
  7. Le voyage de Trice : Le Pays-de-France Laisser une réponse
  8. Le voyage de Trice : Le Jovinien Laisser une réponse
  9. Le voyage de Trice – La Brie Laisser une réponse