Il n’y a qu’une terre, et j’habite dessus ! Arrête d’y déverser ta merde !

Citation

 

Le monde change à une vitesse hallucinante. Une prise de conscience est indispensable tant à l’échelon individuel que général. 

Car, les mesures prises actuellement à l’échelon international sont certes intéressantes, mais beaucoup trop lentes à se mettre en place, alors que la destruction avance à grande vitesse à tous les niveaux.

Il m’a fallu du temps pour comprendre que la dégradation planétaire est le fruit de l’activité humaine depuis seulement un siècle ! 

Durant cette période (et surtout durant les 60 dernières années), nous avons le triste privilège d’avoir exploité, polluées, détruit et fait disparaître une grande quantité des ressources naturelles de cette planète, mais aussi un nombre considérable de plantes et d’animaux. 

Aujourd’hui, nous avons dégradé les trois-quarts de la surface du globe et 40 % des milieux marins. Un million d’espèces animales sont menacées (dont 40 % des insectes) sans compter celles qui ont déjà disparu. 

La sixième grande extinction est en marche. Lors de la dernière, des centaines de milliers d’années ont été nécessaires pour que la diversité se reconstitue sur notre planète.

Ainsi, il n’a fallu que 60 ans – une vie humaine – pour que la planète soit pillée. Tous les ans vers le mois juillet, nous avons consommé les ressources renouvelables de l’année. 

Après cette date, nous dévorons (sans vergogne) les réserves de la Terre. Cette évolution va crescendo… 

Elle avance de manière exponentielle, c’est-à-dire qu’elle progresse de plus en plus vite. C’est pourquoi aujourd’hui le temps presse. 

Car il est évident qu’avec la montée du niveau des eaux imposant de grands mouvements de populations, la sécheresse diminuant les surfaces cultivables, la perte des insectes pollinisateurs, la disparition de certains minerais et terres rares, la pollution (et la mauvaise qualité des aliments) source de maladies, la surpopulation croissante, les épidémies de plus en plus nombreuses…

Tout cela ne pourra apporter que des malheurs, souffrances, révolutions et guerres. D’autant que les budgets militaires augmentent partout dans le monde ce qui n’est jamais de bonne augure.

Bref, avant d’en arriver là, il nous faut réagir et être prêts à changer nos habitudes – confortables – acquises depuis des décennies. 

Nous sommes tous responsables de cet état de fait. Les gouvernements montrent une léthargie affligeante face à ce désordre mondial. 

Les intérêts de chacun primant sur le bien général. Pourtant, il serait temps de changer les paradigmes qui conduisent l’humanité dans le mur, comme d’arrêter de vouloir sans cesse augmenter notre progression économique et notre PIB, de limiter l’augmentation incessante de la population mondiale, de développer une agriculture exclusivement biologique, de créer une éducation favorisant le développement de l’être… 

Les mots « liberté, égalité, fraternité » sont magnifiques. Il serait temps qu’ils deviennent une réalité.

Bien sûr, des prises de conscience individuelle mettent en place des projets salvateurs pour la planète concernant les transports, les communications, l’agriculture, les milieux marins, la dépollution, l’industrie, les matériaux de construction, etc. 

Mais ceux-ci restent limités dans leur action, faute d’un soutien officiel. Quoi qu’il en soit, il faut que nous comprenions que nous devons absolument changer nos habitudes qui participent à la destruction planétaire et en adopter de plus saines comme l’usage modéré de l’eau et de l’électricité, l’usage des transports en commun, du vélo ou de la marche à pied, l’utilisation de produits biologiques pour nos produits d’entretiens, la consommation d’aliments exclusivement d’origine biologique, le développement d’énergies renouvelables pour notre habitation, etc. 

Tout ceci demande des efforts, qui deviendront vite de nouvelles habitudes… Et qui de plus, sont bonnes pour la santé.

Sur un autre plan, vous savez que votre pensée est puissante et produit des actions sur les autres comme sur notre environnement. 

Alors utilisons cette capacité pour envoyer des pensées positives et surtout de l’amour sur cette Terre. 

Elle a grand besoin de votre soutien. Pensez aussi à tous nos frères et sœurs humains qui sont dans la souffrance. 

Alors envoyez de l’amour autant que vous pouvez et aussi souvent que vous pouvez… Tous unis dans cet esprit, nous pouvons favoriser l’arrivée d’un monde de lumière sur cette planète… 

Un monde auquel tous les individus aspirent. À chacun de mettre une pierre pour construire ce nouvel édifice.

Chaque parole a une conséquence.
Chaque silence aussi.
 Jean-Paul Sartre

Cathédrale de Paris

 

Si la nature a horreur du vide, le journalisme a horreur du doute. Voilà près de 24 heures que les médias « main stream » tentent d’éteindre l’incendie des consciences révoltées avec leur gadget préféré : la fameuse « lutte contre le complotisme ».

Ce jeudi 17 avril, les plateaux télé fourmillaient d’experts en « fake news » alors qu’on espérait des experts en incendies.

Mais la recherche de la vérité n’est probablement pas leur affaire principale. Se poser modestement la question de l’accident ou du crime serait-il une faute ontologique ?

Préférer le doute au dogme, une hérésie intellectuelle ? Avancer parmi les décombres avec humilité, un crime de lèse-journalisme ?

Ouvrir ses yeux et tendre l’oreille sans idées préconçues, un péché originel ? Il apparaît clairement qu’un plateau de télévision est désormais le seul endroit au monde où l’incertitude n’est pas permise.

Dorénavant, le journaliste modèle est un soldat du dogme alors qu’il devrait être un soldat du doute.

L’incendie criminel de Saint-Sulpice, il y a moins d’un mois, les actes antichrétienne quotidiens, le calendrier de la Semaine sainte, les propos de l’ancien ingénieur en chef de Notre-dame expliquant, sur le plateau de David Pujadas, qu’il faut « mettre beaucoup de petit-bois » pour que des poutres en chêne de 800 ans brûlent : tout cela n’est rien, n’a aucun sens, ne mérite pas même le début du commencement d’un soupçon.

Laissons les enquêteurs enquêter, avançons avec prudence et sagesse et cessons d’écouter ces petits caporaux marteler leurs certitudes lénifiantes.

La fumée d’une charpente millénaire est montée au ciel, mais elle flotte encore dans nos cœurs.

Elle a gagné la première bataille. Ne laissons pas une autre fumée opacifier nos consciences et nos intelligences.

Il y en a qui se réjouissent, on peut voir leur sale gueules rigoler en voyant la cathédrale brûler, c’est des fils de putain, qui n’ont rien à voir avec nous.

 J’ai l’impression que l’on va à vitesse grand « V » vers des « explications douces et heureuses »… 

Aux armes, citoyens
Formez vos bataillons.
Marchons ! Marchons !
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons.

À mon avis, d’autres incendies vont avoir lieu comme par magie., ça va se multiplier encore plus, et encore plus vous allez vous lamenter, comme d’habitude…

Façade de Notre-Dame de Paris vue du parvis.

cathédrale Notre-Dame de Paris,

Virginie mon amour, j’aime tes rondeurs !!

 

Depuis novembre 2018, le tunnelier Éole répond au doux nom de Virginie. Comme le veut la coutume, il porte le nom de Virginie Blivet, l’assistante du directeur de projet Xavier Gruz. 

C’est un projet à la pointe de l’innovation qui se met en place. Éole va permettre le prolongement du R.E.R.  E. Depuis la gare Saint-Lazare, jusqu’à Mantes-la-Jolie. 

Le plus gros tunnelier de France.

 Le percement d’un tunnel de 8 km, et une réelle prouesse technique. Le tunnelier Éole est le plus gros en fonctionnement en France pour le creusement d’un tunnel ferroviaire, avec un diamètre de 11, 05 m, et d’une longueur de 90 m. 

Il progresse au rythme moyen de 10 m par jour à des profondeurs allant de 30 à 40 m. Les travaux à 40 m sous terre ne peuvent pas être réalisés par n’importe quel travailleur. 

Des plongeurs hyperbaristes ont étaient recrutés et formés à la maintenance du tunnelier, car ils sont les seuls à pouvoir supporter une pression avoisinant les 4 bars.

Article Amazon – Basket Kuako

 

Bonjour ! 

Après les chaussettes, il faut penser à mettre vos « petits petons » dans quelques choses ! 

Pour faire du sport, j’ai choisi ces baskets « Multi-fonction », bien pratique d’avoir du tout-en-un, et super confortable.

 À vos marques ! 

Prêt… Je vous laisse le soin du départ !

B07DQG4LYM

Basket Kuako

Articles AMAZON

 

Bonjour à toutes et à tous !! 

J’améliore mon site afin de vous apporter toujours plus de bonnes et belles choses, vous trouverez désormais des articles que j’ai choisi pour vous dans tous les domaines, j’espère que vous y trouverez tout ce don vous avez envie. 

Accueillons le printemps, avec des envies de sortie en plein air, faire du sport, c’est bon pour la santé !

B00HGVZ0TW

Chaussettes Sport

Lien

 

Bonsoir ! 

Plusieurs personnes ne peuvent pas aller sur mon site en cliquant sur le lien lorsque vous recevez mon nouveau message, allez directement sur le site en retapant rêversavie.com sur Google, en attendant de résoudre ce problème…

Trice