Le Pape prépare sa succession, pour Dieu, ou pour Satan…

Citation

 

 

 

Le saint-père a créé de nouveaux cardinaux. Ils ont un point commun : ils pensent comme lui. Le message est clair : l’Église que dessine le pape est engagée auprès des plus pauvres – surtout s’ils ne sont ni catholiques ni Européens -, elle est amie de l’islam et elle milite pour l’écologie dans sa version Greta.

Le pape a donc pioché dans ses thuriféraires les plus fervents pour les habiller de rouge.

Mgr Michael Louis Fitzgerald (qui ne sera pas électeur, car il a déjà 82 ans) avait été envoyé comme nonce en Égypte par Benoît XVI qui goûtait peut son attrait pour Mahomet. 

 

Le faire Cardinal est un geste symboliquement fort de la part du pape Bergoglio.

Le père Michael Czerny, 73 ans, est un jésuite canadien, actuel sous-secrétaire de la section migrants et réfugiés du dicastère pour le Service du développement humain, mais aussi secrétaire spécial du synode sur l’Amazonie en préparation, dont il se murmure qu’il sera l’occasion pour le Pape d’avancer de nouvelles réformes contraires au magistère de la sainte Église catholique, apostolique et romaine. 

 

Le père Czerny est aussi l’une des plumes de l’encyclique Laudato si sur l’écologie. Il n’est même pas évêque…

Mgr Matteo Zuppi, 63 ans, archevêque de Bologne, est l’un des membres éminents de la communauté Sant’Egidio, cette communauté qui a les faveurs du Pape.

Un autre adepte du dialogue avec l’islam a été aussi reçu dans le collège cardinalice : Mgr Miguel Angel Ayuso Guixot, 67 ans, président du Conseil pontifical pour le dialogue inter-religieux, mais aussi plume de la très New-age «déclaration pour la Fraternité humaine», que François a signée avec l’université islamique de al-Azhar du Caire, à Abu Dhabi au printemps dernier.

Enfin, on notera parmi les élus Mgr Ignatius Suharyo Hardjoatmodjo, 69 ans, archevêque de Jakarta (Indonésie), grand partisan du pouvoir donné aux conférences épiscopales dans l’Église contre le pouvoir de Rome.

Bref, une série de catastrophes. Une entreprise précise et efficace de destruction de l’Église.

Le voyage de Trice : L’Île-de-France

Le Val

Orlyval est un système de transport automatique de navettes sur des pneus de type VAL à petit gabarit. Ouvert en 1991 et entièrement financé sur fonds privés, Orlyval constitue un échec commercial. 

Après la liquidation judiciaire de la société en 1993, la ligne est gérée par RATP et connaît depuis une croissance progressive. La société Orlyval est créée par Matra, Air Inter, Lyonnaise des Eaux-Dumez, la RATP, Indosuez, le Crédit Lyonnais, la Caisse des Dépôts, le Crédit Local, Barclay’s Bank, et quelques autres institutions, et dotée d’un capital de 150 millions de francs. 

Ce capital est détenu à 34,7 % par le groupe de banques, 26,7 % par Air Inter, 18 % par Lyonnaise des Eaux-Dumez, 17,3 % par le fabricant du VAL Matra et 3,3 % par la RATP.

Orlyval est constitué d’une ligne majoritairement à double voie équipée de pistes pour roulement sur des pneumatiques, pour un matériel intégralement automatique et sans conducteur.

La ligne de 7,3 km est équipée de huit rames. 

 

Copyright © Little Trice

Des hublots de forme rectangulaire sont entourés d'instruments

Intérieur d'un avion. Des rangées de trois sièges se trouvent autour d'un couloir central.

Copyright © Little Trice

Trice est de retour !

En passant

Bonjour tout le monde !

C’est une joie de vous retrouver après un an d’absence, j’espère que vous vous portez bien. À toutes celles, et tous ceux qui recevaient ma newsletter, cela fait 50 personnes, j’aimerais que vous me disiez, si vous le recevez de nouveau, et dites-moi comment vous allez.

Merci !

Dans ces temps moroses, commençons à fêter le renouveau qui s’annonce, avec cette image de feu d’artifice. Que votre vie soit remplie de joie et de bonheur.

Votre ami Trice

© Little Trice

MERCOSUR… Tuer les éleveurs et empoisonner les consommateurs !

La Commission européenne vient de conclure les négociations d’un accord commercial avec les pays du bloc MERCOSUR. Alors que nos concitoyens ont très largement manifesté leur désir de protections lors du scrutin du mois de mai dernier, la Commission européenne promeut, une nouvelle fois, le libre-échange le plus dévoyé au moyen d’un nouvel accord commercial. 

La concurrence déloyale qu’il engendrera provoquera, une fois de plus, un séisme social destructeur ainsi qu’un recul environnemental irréversible.

Ce nouveau traité intervient après celui du CETA, du TAFTA et du JEFTA. Tous présentent les mêmes menaces pour les agriculteurs, les droits des consommateurs et les normes environnementales. 

Ce sont, cette fois-ci, quelque 99.000 tonnes de viande bovine que les quatre pays latino-américains pourront exporter vers l’Union européenne, les risques sanitaires, au Brésil, notamment – où la traçabilité des animaux est quasi inexistante -, sont endémiques. 

74 % des produits phytosanitaires qui y sont, aujourd’hui, utilisés sont prohibés en Europe. À quoi bon demander à nos agriculteurs une montée en gamme qualitative et environnementale si c’est pour importer des produits contraires à cet effort ? 

On voudrait tuer les producteurs et empoisonner les consommateurs que l’on ne s’y prendrait pas autrement !

Et paf ! Ramasse ça !

Citation

Il l’a eu sa baf, se petit con ! Moi, gaulois réfractaire, pestiféré, souverainiste, nationaliste, normand pure souche, je t’ai fait comprendre ainsi que tous « les miens » qu tu dois te barrer le plus rapidement possible ! 

Gouverner une nation, et un peuple se fait avec le Coeur, lui a choisi d’éborgner ceux qui ne pense pas comme lui, et bien la réponse du peuple français à été à la hauteur, c’est une grande joie ! 

Et comme une bonne nouvelle suit l’autre, c’est que des terroristes jugés en Irak vont être mis à mort ! Au moins ils ne pourront plus venir dans mon pays tuer des innocents. 

Espérons qu’ils n’y aura pas des connards qui demanderons la « grâce présidentielle », et les faire revenir ici… On ne sait jamais…

Les obsèques de Macron se sont déroulées sans fleurs ni couronne…

Vous étiez, Monsieur le Président, le saint Georges qui allait terrasser le dragon. Un dragon incarné par une cruelle diablesse blonde. 

C’était elle ou moi, proclamiez-vous. Tous les jours que le bon Dieu fait, vous alertiez la France sur le danger mortel que lui ferait courir une victoire du dragon.

À ce combat périlleux, vous vous étiez préparé depuis longtemps. Pendant des mois, on vous a vu à la télévision, vous montrant, parlant, pérorant, faisant don de votre personne à la France.

Un entraînement nécessaire avant le duel mortel avec le Belzébuth femelle. Au début, Monsieur le Président, vous aviez un peu sous-estimé votre adversaire.

C’est pourquoi vous avez d’abord envoyé au casse-pipe un brave petit fantassin du nom de Nathalie Loiseau.

Erreur, funeste erreur : il aurait fallu un soldat d’élite ! La diablesse, elle, avait choisi, pour porter ses couleurs, un petit jeune de vingt-trois ans. Il fut à la hauteur.

Et votre candidate, Monsieur le Président, parut soudain très vieille… La défaite se profilait. C’est alors que, n’écoutant que votre courage, vous vous êtes rendu à Domrémy.

Là, vous entendîtes des voix qui vous disaient : « Emmanuel, va sauver le royaume de France qui est en grand péril ! »

Dès lors, vous n’hésitâtes pas à revêtir une armure et à payer de votre personne. Et même, poussant l’esprit de sacrifice jusqu’à des frontières inconnues, vous avez accepté de vous confier à un « youtubeur ».

Le dragon, c’est sûr, allait être terrassé. Mais la sorcière blonde avait jeté sur vous un maléfique sortilège.

Plus on vous voyait, plus vous bombiez le torse, plus la liste du petit jeune progressait. À croire que vous jouiez contre votre propre camp…

Aujourd’hui, jour de deuil, le glas a sonné dans toutes nos églises : le dragon a triomphé. Il se pavane sans vergogne dans nos rues, dévorant au passage quelques petits enfants.

Vous avez eu, Monsieur le Président, la plus belle mort qui soit : la mort d’un guerrier. Honneur ou courage malheureux !

 Vos pages, vos seigneurs, vos serviteurs affirment pourtant que vous allez ressusciter. Mais Pâques, c’est déjà passé !

B.V

Dimanche je vote !

Lettre aux « moutons »

Ça y est, les élections européennes sont là. Et on ne peut pas dire qu’elles provoquent l’enthousiasme. C’est bien simple, la participation n’a cessé de baisser à chaque nouvelle législature. 

Si la tendance se confirme, ce week-end, nous devrions passer au-dessous des 40 %. Un désaveu violent. Votre vote compte moins que leurs lobbies.

Ce désaveu vient tout d’abord d’une perception de perte de souveraineté démocratique. Les Français savent que leur vote a peu d’influence par rapport : 

Aux innombrables lobbyistes (Bruxelles est le deuxième centre du lobbyisme après Washington !) À l’opaque machine bureaucratique européenne 

Aux politiciens qui contournent le vote populaire et ne respectent pas leurs engagements 

Mais vous en subirez les conséquences.

En n’allant pas voter, vous vous privez de votre droit d’expression, faîtes le pendant que vous en avez encore le droit… Moi, je ne laisserai pas ma place, j’irais voter ! 

1 parce que j’emmerde l’Europe telle quelle est aujourd’hui ;

 2 nous sommes à un cheveu de faire basculer les tendances, retrouver notre droit de décider pour nous-même, et enfin de se débarrasser de tous ces traîtres à la Nation qui font tant de mal au peuple. 

Leur mettre une grande claque dans la gueule, c’est le vote utile !

Il n’y a qu’une terre, et j’habite dessus ! Arrête d’y déverser ta merde !

Citation

Le monde change à une vitesse hallucinante. Une prise de conscience est indispensable tant à l’échelon individuel que général. 

Car, les mesures prises actuellement à l’échelon international sont certes intéressantes, mais beaucoup trop lentes à se mettre en place, alors que la destruction avance à grande vitesse à tous les niveaux.

Il m’a fallu du temps pour comprendre que la dégradation planétaire est le fruit de l’activité humaine depuis seulement un siècle ! 

Durant cette période (et surtout durant les 60 dernières années), nous avons le triste privilège d’avoir exploité, polluées, détruit et fait disparaître une grande quantité des ressources naturelles de cette planète, mais aussi un nombre considérable de plantes et d’animaux. 

Aujourd’hui, nous avons dégradé les trois-quarts de la surface du globe et 40 % des milieux marins. Un million d’espèces animales sont menacées (dont 40 % des insectes) sans compter celles qui ont déjà disparu. 

La sixième grande extinction est en marche. Lors de la dernière, des centaines de milliers d’années ont été nécessaires pour que la diversité se reconstitue sur notre planète.

Ainsi, il n’a fallu que 60 ans – une vie humaine – pour que la planète soit pillée. Tous les ans vers le mois juillet, nous avons consommé les ressources renouvelables de l’année. 

Après cette date, nous dévorons (sans vergogne) les réserves de la Terre. Cette évolution va crescendo… 

Elle avance de manière exponentielle, c’est-à-dire qu’elle progresse de plus en plus vite. C’est pourquoi aujourd’hui le temps presse. 

Car il est évident qu’avec la montée du niveau des eaux imposant de grands mouvements de populations, la sécheresse diminuant les surfaces cultivables, la perte des insectes pollinisateurs, la disparition de certains minerais et terres rares, la pollution (et la mauvaise qualité des aliments) source de maladies, la surpopulation croissante, les épidémies de plus en plus nombreuses…

Tout cela ne pourra apporter que des malheurs, souffrances, révolutions et guerres. D’autant que les budgets militaires augmentent partout dans le monde ce qui n’est jamais de bonne augure.

Bref, avant d’en arriver là, il nous faut réagir et être prêts à changer nos habitudes – confortables – acquises depuis des décennies. 

Nous sommes tous responsables de cet état de fait. Les gouvernements montrent une léthargie affligeante face à ce désordre mondial. 

Les intérêts de chacun primant sur le bien général. Pourtant, il serait temps de changer les paradigmes qui conduisent l’humanité dans le mur, comme d’arrêter de vouloir sans cesse augmenter notre progression économique et notre PIB, de limiter l’augmentation incessante de la population mondiale, de développer une agriculture exclusivement biologique, de créer une éducation favorisant le développement de l’être… 

Les mots « liberté, égalité, fraternité » sont magnifiques. Il serait temps qu’ils deviennent une réalité.

Bien sûr, des prises de conscience individuelle mettent en place des projets salvateurs pour la planète concernant les transports, les communications, l’agriculture, les milieux marins, la dépollution, l’industrie, les matériaux de construction, etc. 

Mais ceux-ci restent limités dans leur action, faute d’un soutien officiel. Quoi qu’il en soit, il faut que nous comprenions que nous devons absolument changer nos habitudes qui participent à la destruction planétaire et en adopter de plus saines comme l’usage modéré de l’eau et de l’électricité, l’usage des transports en commun, du vélo ou de la marche à pied, l’utilisation de produits biologiques pour nos produits d’entretiens, la consommation d’aliments exclusivement d’origine biologique, le développement d’énergies renouvelables pour notre habitation, etc. 

Tout ceci demande des efforts, qui deviendront vite de nouvelles habitudes… Et qui de plus, sont bonnes pour la santé.

Sur un autre plan, vous savez que votre pensée est puissante et produit des actions sur les autres comme sur notre environnement. 

Alors utilisons cette capacité pour envoyer des pensées positives et surtout de l’amour sur cette Terre. 

Elle a grand besoin de votre soutien. Pensez aussi à tous nos frères et sœurs humains qui sont dans la souffrance. 

Alors envoyez de l’amour autant que vous pouvez et aussi souvent que vous pouvez… Tous unis dans cet esprit, nous pouvons favoriser l’arrivée d’un monde de lumière sur cette planète… 

Un monde auquel tous les individus aspirent. À chacun de mettre une pierre pour construire ce nouvel édifice.

Chaque parole a une conséquence.
Chaque silence aussi.
 Jean-Paul Sartre

Cathédrale de Paris

Si la nature a horreur du vide, le journalisme a horreur du doute. Voilà près de 24 heures que les médias « main stream » tentent d’éteindre l’incendie des consciences révoltées avec leur gadget préféré : la fameuse « lutte contre le complotisme ».

Ce jeudi 17 avril, les plateaux télé fourmillaient d’experts en « fake news » alors qu’on espérait des experts en incendies.

Mais la recherche de la vérité n’est probablement pas leur affaire principale. Se poser modestement la question de l’accident ou du crime serait-il une faute ontologique ?

Préférer le doute au dogme, une hérésie intellectuelle ? Avancer parmi les décombres avec humilité, un crime de lèse-journalisme ?

Ouvrir ses yeux et tendre l’oreille sans idées préconçues, un péché originel ? Il apparaît clairement qu’un plateau de télévision est désormais le seul endroit au monde où l’incertitude n’est pas permise.

Dorénavant, le journaliste modèle est un soldat du dogme alors qu’il devrait être un soldat du doute.

L’incendie criminel de Saint-Sulpice, il y a moins d’un mois, les actes antichrétienne quotidiens, le calendrier de la Semaine sainte, les propos de l’ancien ingénieur en chef de Notre-dame expliquant, sur le plateau de David Pujadas, qu’il faut « mettre beaucoup de petit-bois » pour que des poutres en chêne de 800 ans brûlent : tout cela n’est rien, n’a aucun sens, ne mérite pas même le début du commencement d’un soupçon.

Laissons les enquêteurs enquêter, avançons avec prudence et sagesse et cessons d’écouter ces petits caporaux marteler leurs certitudes lénifiantes.

La fumée d’une charpente millénaire est montée au ciel, mais elle flotte encore dans nos cœurs.

Elle a gagné la première bataille. Ne laissons pas une autre fumée opacifier nos consciences et nos intelligences.

Il y en a qui se réjouissent, on peut voir leur sale gueules rigoler en voyant la cathédrale brûler, c’est des fils de putain, qui n’ont rien à voir avec nous.

 J’ai l’impression que l’on va à vitesse grand « V » vers des « explications douces et heureuses »… 

Aux armes, citoyens
Formez vos bataillons.
Marchons ! Marchons !
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons.

À mon avis, d’autres incendies vont avoir lieu comme par magie., ça va se multiplier encore plus, et encore plus vous allez vous lamenter, comme d’habitude…

Cathédrale Notre-Dame de Paris

 

 

Virginie mon amour, j’aime tes rondeurs !!

Depuis novembre 2018, le tunnelier Éole répond au doux nom de Virginie. Comme le veut la coutume, il porte le nom de Virginie Blivet, l’assistante du directeur de projet Xavier Gruz. 

C’est un projet à la pointe de l’innovation qui se met en place. Éole va permettre le prolongement du R.E.R.  E. Depuis la gare Saint-Lazare, jusqu’à Mantes-la-Jolie. 

Le plus gros tunnelier de France.

 Le percement d’un tunnel de 8 km, et une réelle prouesse technique. Le tunnelier Éole est le plus gros en fonctionnement en France pour le creusement d’un tunnel ferroviaire, avec un diamètre de 11, 05 m, et d’une longueur de 90 m. 

Il progresse au rythme moyen de 10 m par jour à des profondeurs allant de 30 à 40 m. Les travaux à 40 m sous terre ne peuvent pas être réalisés par n’importe quel travailleur. 

Des plongeurs hyperbaristes ont étaient recrutés et formés à la maintenance du tunnelier, car ils sont les seuls à pouvoir supporter une pression avoisinant les 4 bars.