Le voyage de Trice : l’Orléanais

Blason de Saint-Piat

Gare de Saint-Piat

Établie à 117 m d’altitude, elle est mise en service le 12 juillet 1849. Le bâtiment voyageur existe toujours et dispose d’un guichet ouvert . Depuis octobre 2011, les quais sont équipés d’écrans couleurs et d’annonces vocales automatiques annonçant les horaires des prochains trains. Ces mêmes quais anciennement en terre battue ont été goudronnés courant décembre 2011.

© Little Trice

© Little Trice

© Little Trice

Le voyage de Trice : l’Île-de-France

PARIS

La Bourse de Paris

Le lieu historique qu’elle a longtemps occupé à Paris est le palais Brongniart, mais il n’existe plus de bourse physique à Paris. En 1563, une « place commune des marchands » est instituée à Paris. 

Ancêtre de ce qui deviendra la bourse de Paris, elle est la quatrième la plus ancienne du territoire français. La première bourse de commerce à Paris est créée en 1639. C’est à partir de cette date que les courtiers de change, deniers et marchandises prennent le nom d’agents de change que le roi Charles IX a créés par un édit en 1572. 

Le statut d’agent de change est définitivement confirmé trois siècles plus tard en 1816, par ordonnance du roi Louis XVIII. 

En 1808, Napoléon Ier pose la première pierre du palais Brongniart, conçu par l’architecte Alexandre-Théodore Brongniart et destiné à accueillir la Bourse de Paris, institution considérée d’ordre public et appréhendée par l’Empereur comme le « thermomètre de la confiance publique »

Illustration.

Image dans Infobox.

© Little Trice

© Little Trice

© Little Trice

© Little Trice

© Little Trice

Six-Fours-les-Plages

Blason de Six-Fours-les-Plages

Chapelle Notre-Dame-Du-Mai

La chapelle est située au point culminant du massif du Cap-Sicié, d’où l’on profite d’une vue panoramique exceptionnelle. On peut admirer les îles d’Hyères, la presqu’île de Giens, mais également la rade de Toulon qui s’étale au pied du Coudon, de la chaîne du mont Faron, le mont Caume, le Baou de Quatre Ouro et le Gros-Cerveau.

Vers le début du XIVe siècle : la présence d’un feu de garde, destiné à prévenir les habitants de la région de la présence de navires suspects susceptibles de menacer la côte d’incursions de pirates ou barbaresques, est attestée au sommet de la « montagne de Sicié »

La confrérie des pénitents du vieux Six-Fours, décident de mettre sur la montagne une croix, appuyée par Jacques Lombard, curé de la paroisse de Six-Fours. À la suite de cette implantation, effectuée au cours d’une procession solennelle, des fonds furent recueillis, qui permirent la construction d’une première chapelle sous le nom de Notre-Dame-de-Bonne-Garde. 

Cette chapelle suscita très vite une grande dévotion. La garde contre les pirates continua, souvent simplement effectuée par l’ermite qui était logé dans la chapelle. En 1633, la chapelle est agrandie, un ermitage et une citerne y sont installés. 

Au XIXe siècle, l’abbé Granet augmente les dimensions de la chapelle d’une travée, et le curé Paul y crée une terrasse d’accès.

© Little Trice

© Little Trice

© Little Trice

© Little Trice