Le voyage de Trice : l’île-de-France

 

Cathédrale Saint-Louis des Invalides

Les Invalides, communément appelés Hôtel national des Invalides (la Résidence National des Invalides), ou également Hôtel des Invalides, est un complexe de bâtiments dans le 7e arrondissement de Paris, contenant des musées et des monuments, tous liés à l’ histoire militaire de la France, ainsi qu’un hôpital et une maison de retraite pour les anciens combattants, l’objectif original du bâtiment.

 Les bâtiments abritent le Musée de l’Armée, le musée militaire de l’Armée de France, le Musée des Plans-Reliefs et le Musée d’Histoire Contemporaine, ainsi que le Dôme des Invalides, une grande église avec les tombes de certains des héros de guerre français, notamment Napoléon Bonaparte.

Louis XIV initia le projet par un arrêté daté du 24 novembre 1670, en tant que foyer et hôpital de soldats âgés et malades : le nom est une forme raccourcie d’hôpital des invalides. 

L’architecte des Invalides était Libéral Bruant. Le site sélectionné se trouvait dans la plaine de Grenelle. Au moment où le projet agrandi fut achevé en 1676, le front de la rivière mesurait 196 mètres et le complexe comptait quinze cours, la plus grandes étant la cour d’honneur pour les parades militaires. 

On a alors estimé que les anciens combattants avaient besoin d’une chapelle, le vieux Bruant, et la chapelle ont été terminés en 1679 aux conceptions de Bruant après la mort de l’architecte aîné. 

Cette chapelle était connue sous le nom d’église Saint-Louis des Invalides, et la présence quotidienne des anciens combattants dans les services religieux était nécessaire.

Peu de temps après que la chapelle des anciens combattants fut achevée, Louis XIV chargea Mansart de construire une chapelle royale privée distincte dénommée Église du Dôme sous son aspect le plus frappant.

 La chapelle en forme de dôme a été achevée en 1708. En raison de son emplacement et de son importance, les Invalides ont servi de décor à plusieurs événements clé de l’histoire de France.

 Le 14 juillet 1789, il est pris d’assaut par des émeutiers parisiens qui s’emparent des canons et des mousquets stockés dans ses caves pour s’en servir contre la Bastille plus tard le même jour. 

Napoléon fut enterré sous le dôme des Invalides avec une grande cérémonie en 1840. En décembre 1894, la dégradation du Capitaine Alfred Dreyfus se déroula devant le bâtiment principal, tandis que sa cérémonie de réhabilitation subséquente eut lieu dans une cour du complexe en 1906.

Le bâtiment a conservé sa fonction principale de maison de retraite et d’hôpital pour les vétérans militaires (invalides) jusqu’au début du XXe siècle. En 1872, le musée d’artillerie se trouve à l’intérieur du bâtiment à être rejoint par le musée historique des armées en 1896. 

Les deux institutions ont fusionné pour former l’actuel musée de l’armée en 1905. Dans le même temps, les anciens combattants en résidence ont été dispersés dans des centres plus petits en dehors de Paris. 

La raison en était que l’adoption d’une armée majoritairement conscrite, après 1872, signifiait une réduction substantielle du nombre d’anciens combattants ayant les vingt années ou plus de service militaire auparavant requises pour entrer à l’Hôpital des Invalides.

 Le bâtiment est devenu en conséquence trop grand pour son but original. En 1676, Jules Hardouin-Mansart a été chargé de construire un lieu de culte sur le site. Il a conçu un bâtiment qui combine une chapelle royale (maintenant Dôme des Invalides) avec une chapelle des anciens combattants (aujourd’hui la cathédrale de Saint-Louis des Invalides).

 De cette façon, le roi et ses soldats pouvaient assister à la messe simultanément, tout en entrant dans le lieu de culte par des entrées différentes, comme prescrit par l’étiquette du tribunal. Cette séparation a été renforcée au 19e siècle avec l’érection de la tombe de Napoléon Ier.

Le dôme des Invalides

Le Dôme des Invalides est une grande église située au centre du complexe des Invalides, à 107 mètres de hauteur. Le dôme a été désigné pour devenir lieu des funérailles de Napoléon par une loi en date du 10 juin 1840.

 L’excavation et la construction de la crypte, qui a lourdement modifié l’intérieur de l’église en forme de dôme, et a été terminé en 1861. Inspiré par la basilique Saint-Pierre de Rome, l’original de tous les dômes baroques, le Dôme des Invalides est l’un des triomphes de l’architecture baroque française. Mansart leva son tambour avec un étage mansardé sur sa corniche principale, et utilisa le motif des colonnes jumelées dans son thème rythmique plus compliqué.

 Le programme général est sculptural mais étroitement intégré, riche, mais équilibré, toujours soutenu, coiffant fermement sa poussée verticale d’un dôme côtelé et hémisphérique. 

La chapelle en forme de dôme est placée au centre pour dominer la cour d’honneur. L’intérieur du dôme a été peint par Charles de La Fosse, disciple de Le Brun, avec une illusion d’espace baroque.

Les tombeaux des Invalides

 

Claude-Joseph Rouget de Lisle

 

Maréchal Général de France Henri de La Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne 

Henri de la Tour d'Auvergne, Vicomte de Turenne par le Cercle de Philippe de Champaigne.jpg

 

Général Antoine-Charles-Louis de Lassalle, comte de Lassalle

Antoine Lasalle.JPG

 

Général Jean-Ambroise-Baston de Lariboisière, comte de Lariboisière

Jean-Ambroise Baston de La Riboisière.jpg

 

Maréchal Jean-Baptiste Bessières, duc d’Istrie

Jean-Baptiste Bessières.jpg

 

Maréchal Jean-Baptiste Jourdan, comte Jourdan

Jourdan.jpg

 

Maréchal Georges Mouton, comte de Laubau

 

Général Henri-Gatien-Bertrand, comte Bertrand

Henri Gatien Bertrand 1.jpg

 

Maréchal Sylvain-Charles Vallée, comte Vallée

 

Amiral Guy-Victor Duperré

Guy-Victor Duperre.jpeg

 

Général Géraud-Christophe-Michel Duroc, duc de Frioul

 

Maréchal Jean-Mathieu-Philibert Sérurier, comte Serurier

Jean mathieu philibert serurier.jpg

 

Général Franciade-Fleurus Duvivier

Résultat de recherche d'images pour "Franciade Fleurus Duvivier"

 

Maréchal Thomas-Robert Bugeaud, marquis de la Piconnerie, duc d’Isly

Bugeaud, Thomas - 2.jpg

 

Maréchal Horace-Bastien-Sebastiani de La Porta

Sébastiani, Horace - 4.jpg

 

Maréchal Rémi-Joseph-Isidore Exelmans, comte Exelmans

 

Maréchal Armand-Jacques Leroy de Saint Arnaud

Maréchal Leroy de Saint-Arnaud.jpg

 

Amiral Ferdinand-Alphonse Hamelin

Ferdinand Hamelin-Léon Cremière.jpg

 

Maréchal Aimable-Jean-Jacques Pelissier, duc de Malakoff

Aimable Pélissier.jpg

 

Maréchal Auguste-Michel-Etienne Regnaud de Saint-Jean d’Angély, comte Regnaud de Saint-Jean d’Angély

 

Maréchal Louis-Achille Baraguey d’Hilliers, comte Baraguey d’Hillier

 

Maréchal François-Marcellin-Certains de Canrobert

Canrobert.jpg

 

Général Pierre-Hauguste Roques

Pierre Auguste Roques.jpg

 

Général Louis-Ernest de Maud’huy

Louis de Maud'huy en 1916.jpg

 

Général Georges-Louis Humbert

M 81 4 Dubail Humbert Heimann.jpg

 

Général Paul-André-Marie Maistre

Paul Maistre.png

 

Maréchal Michel-Joseph Maunoury

Michel-Joseph Maunoury.jpg

 

Général Pierre-Marie-Gabriel Malleterre

Gabriel Malleterre 1920.jpg

 

Amiral Augustin-Manuel-Hubert-Gaston Boué de Lapeyrer

 

Général Charles Lanrezac

Charles Lanrezac.gif

 

Général Henri-Gabriel Putz

Gabriel Putz

 

Général Antoine Baucheron de Boissoudy

Illustration de la page Antoine Baucheron de Boissoudy (1864-1926) provenant de Wikipedia

 

Général Augustin Gérard

M 120 5 Gérard.jpg

 

Général Pierre-Xavier-Emmanuel Ruffey 

 

Général Fernand-Louis-Armand-Marie de Langle de Cary

[Tournée d'inspection, le capitaine Leclerc apportant des renseignements au général Langle de Cary (à cheval), en arrière-plan un avion Dorand] : [photographie de presse] / [Agence Rol]

 

Maréchal Marie-Emile Fayolle

Marie Émile Fayolle (1852 - 1928) .jpg

 

Général Maurice-Paul-Emmanuel Sarrail

Maurice Sarrail.jpg

 

Vice-Amiral Dominique-Marie Gauchet

 

Général Paul-Marie-César-Gérald Pau 

 

Vice-Amiral Ernest-François Fournier

 

Amiral Emile-Paul-Aimable Guépratte

Émile Guépratte 1925.jpg

 

Amiral Pierre-Alexis Ronarc’h

 

Général Marie-Louis-Adolphe Guillaumat

Adolphe Guillaumat 1921.jpg

 

Général Albert-Gérard-Léo d’Amade

Albert d'Amade.jpg

 

Général Louis-Lucien-Victor d’Urbal, baron d’Urbal

Victor Durbal 03408.JPG

 

Maréchal Louis-Felix-Marie-François-Franchet d’Espèrey 

Louis Franchet D'Esperey.jpg

 

Général Paul-Prosper Henrys

 

Maréchal Philippe-François-Marie Leclerc de Hauteclocque

Un homme en uniforme avec une canne. Il porte un casque de l'armée française à l'ancienne avec une crête.

 

Général Henri Honoré Giraud

Henri Giraud (militaire)

 

Général Denis-Auguste Duchêne

Général Duchêne.jpg

 

Général Raoul-Charles Magrin-Vernerez 

Raoul Magrin-Vernerey

 

Maréchal Alphonse-Pierre Juin

USA-MTO-NWA-p651 Alphonse Juin.jpg

 

Maréchal Patrice de Mac-Mahon, duc de Magenta

Patrice de MacMahon crop.jpg

 

Général Charles-Emmanuel-Marie Mangin

Général Charles Mangin agence Meurisse BNF Gallica.jpg

 

Général Robert-Georges Nivelle

General nivelle.jpg

 

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Je souhaite à toutes et à tous une bonne disparition de votre culture, de vos traditions, de votre religion catholique, de vos racines !

Les Français sont très inquiets. Savez-vous pourquoi ? Voici quelques faits que j’ai lus récemment. Selon l’économiste Charles Gave, la France sera majoritairement musulmane en 2057 ? 

Oui dans 40 ans ! Déjà en Seine-Saint-Denis, le premier prénom n’est plus, selon l’Insee, Paul ou François, mais Mahomet. Au même moment, le salafisme, l’un des courants les plus fanatiques de l’islam, est en pleine expansion. 

D’après un rapport sénatorial rendu public en juillet 2018, les salafistes seraient passés d’environ 5 000 adeptes en France en 2004 à 40 000 aujourd’hui, voire 60 000. Il est plus que temps de vous adapter à une nouvelle façon de vous habiller, j’ai choisi pour vous et vos filles les plus beau vêtements, j’espère que cela vous facilitera la tâche ! 

Image associée

Résultat de recherche d'images pour "habillement musulman femme"

Résultat de recherche d'images pour "sabre sanglant"

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Le voyage de Trice : Le Lyonnais

 

La Tour-de-Salvagny

La tour de Salvagny se trouve en partie sur une colline et sur un territoire vallonné en général. D’une altitude d’environ 100 m. Les vallons ont été creusés par les ruisseaux. L’origine du nom de Salvagny remonterait à un nom de personne gallo-romain Salvinius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Salviniacum, « domaine de Salvinius.

 

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Le voyage de Trice : la Bretagne

Saint-Nazaire

La gare de Saint-Nazaire

Elle est mise en service en 1857 par la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) et devient une gare de bifurcation en 1879 lors de l’ouverture de la ligne de Saint-Nazaire au Croisic.

C’est une gare voyageurs de la SNCF, desservie par le TGV Atlantique, c’est également une gare du réseau TER Pays de la Loire desservie par des trains express régionaux.

Établie à 4 mètres d’altitude, la gare de bifurcation de Saint-Nazaire est située au point kilométrique (PK) 494,005 de la ligne de Tours à Saint-Nazaire. Sa configuration de gare-terminus nécessite des manœuvres de rebroussement pour les convois.

Lors de la reconstruction de la ville au début des années 1950, cette première gare est abandonnée au profit d’un nouveau site en périphérie, qui permet de supprimer le rebroussement des convois.

Les plans de la nouvelle gare, inaugurée en 1955, sont dressés par l’architecte en chef de la reconstruction de la ville, Noël Le Maresquier. En 2014, c’est une gare voyageur d’intérêt national (Catégorie A : la fréquentation des services nationaux et internationaux de voyageurs est supérieure ou égale à 25 000 voyageurs par an.), qui dispose de cinq voies à quais deux quais centraux pour les voyageurs d’une longueur utile de 283 m, et un quai de service d’une longueur utile de 99 m, dix abris et une passerelle avec deux escaliers mécaniques pour les quais voyageurs.

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Avant la création des Départements, Saint-Nazaire relevait du Duché de Bretagne, puis du Parlement de Bretagne à partir de 1532 (union de la Bretagne à la France). Sur le plan religieux, Saint-Nazaire relève de l’Évêché de Nantes depuis le Moyen-âge.

La ville est la capitale de la construction navale en France, les ex-Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire sont l’un des six sites au monde à construire des grands navires de plus de 300 mètres.

Sur le plan géographique, Saint-Nazaire est située dans le massif armoricain, au nord de l’estuaire de la Loire.

La base sous-marine

La base sous-marine, bâtie par l’armée allemande, qui vaudra à la ville une destruction quasi-totale sous les bombes alliée.

Copyright © Little Trice

Les Plages

Il n’y a pas moins de vingt plages à Saint-Nazaire, à vous de choisir ! 

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

 

 

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Abrogation du délit de solidarité, le coup de grâce pour la France et les Français

la petite entreprise de Cédric Herrou ne connaîtra pas la crise. Les traîtres à la Nation et les collabos se frottent les mains, en attendant la vindicte populaire, ou ils devront rendre des comptes.

Les « Zorro » de l’immigration clandestine se frottent les mains. Le Conseil constitutionnel a censuré le principe du « délit de solidarité ». 

 

Une aide désintéressée au séjour irrégulier ne saurait pas, désormais, être passible de poursuites au nom du « principe de solidarité ». 

 

Cédric Herrou, l’agriculteur-éleveur de migrants, a été entendus. Par autocars, par camions, et même convois exceptionnels, il va pouvoir enfin vider l’Afrique de ses habitants. 

 

Organiser le transfert, créer des réseaux, des franchises, former de nouveaux « Zorro ». La tâche est immense, le marché considérable.

 

 Ensuite, s’attaquer à l’Inde, où la misère sévit également. Une flotte de gros-porteurs est envisageable. 

Mais n’anticipons pas. 

 

D’abord, demander la construction d’une voie spéciale, non limitée à 80, pour amener plus rapidement à destination le malheureux migrant assoiffé d’écrans plats et d’iPhone 8, puis le livrer ensuite clés en main à une quelconque entreprise de nettoyage qui lui versera un salaire mensuel équivalent d’une année de travail dans son pays d’origine, à savoir 450 €.

 

L’humanisme est en marche. La traite négrière du XXIe siècle manquait de bras. Le Conseil constitutionnel lui en fournit.

 

Exemption de poursuites lorsque l’aide au « séjour n’a donné lieu à aucune contrepartie directe ou indirecte », précise le texte. 

 

Matérielle ou financière, ont-ils voulu dire. Pas d’argent, aucun cadeau. Pour la gloire. Et c’est précisément pour cette contrepartie que les bons apôtres de l’immigration illégale œuvrent sans relâche.

 

 Ah, qu’il est bon de se vivre en sauveur de l’humanité ! En héros des temps modernes ! En vengeur masqué ! 

Réparateur de l’injustice mondiale. 

 

Soudain, des couples hébergent un nécessiteux africain alors qu’ils n’avaient jamais songé à fournir le moindre bout de pain au sans-abri du coin. 

 

La contrepartie est l’histoire qu’ils se racontent. L’image magnifique de leur propre personne qu’ils retirent de l’aventure. Et au diable toute réflexion de fond ! 

 

Toute vision à long terme. L’unique moteur est le bonheur de se voir si bon en ce miroir.  Les petits malins qui ont remplacé le terme « immigré » par « migrant » l’ont fait en pleine conscience de la connotation romantique que le mot véhiculait. 

 

Les vocations humanitaires à l’égard de ces nouveaux arrivants se sont multipliées à partir de ce changement d’appellation. Le couple béat devant son Soudanais n’avait jamais songé, non plus, à recueillir un immigré sans papiers.

 

 Le scénario n’était pas à la hauteur de la romance dont ils avaient besoin pour flatter leur ego. La dramaturgie ne convenait pas. 

 

Grâce à cette narration, ils deviennent les héros du film. Des Martin Luther-King en culottes courtes. Être reçu en héros au Festival de Cannes est l’apothéose de cette démarche. 

L’ultime contrepartie. 

 

Reconnu descendant direct de Robin des bois. Un Robin des bois avec bureau, téléphone et l’aval du gouvernement. 

Défenseur de l’opprimé cautionné par l’oppresseur. 

 

La farce est énorme. L’idiot utile, toujours plus idiot, toujours plus utile. Mais convaincu d’être le phénix de ces lieux. 

 

L’inventeur de cet attrape-couillon mérite le prix Nobel de l’enfumage.

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Le voyage de Trice : La Bretagne

La gare de Nantes

La gare de Nantes (ex-gare de Nantes-Orléans), est la principale gare ferroviaire de voyageurs de l’agglomération nantaise, située dans le département de la Loire-Atlantique en région Pays de la Loire.

La gare actuelle, datant du milieu du XXe siècle, remplace l’ancienne gare de Nantes – Orléans, de la compagnie du Paris-Orléans, par opposition à la gare de l’État, terminus nantais du réseau de l’État.

Établie à 9 mètres d’altitude, la gare de Nantes est située au PK 430,372 de la ligne de Tours à St-Nazaire. Ancienne gare centrale de Nantes, la gare d’Orléans est construites sur le site de la « Prairie de Mauves » (Elle s’appela d’ailleurs dans un premier temps « gare Nantes-Prairie de Mauves » jusqu’en 1887.

Elle est inaugurée en novembre 1853, deux ans après l’arrivée des premiers trains de la Compagnie des chemins de fer d’Orléans. La gare de Nantes dispose de 15 voies à quai. 

Nantes possède également un important dépôt de locomotives conservant une importante activité, celui de Nantes-Blottereau, situé dans le quartier de Doulon. Des locomotives à vapeur 231 D et 141 R aux locomotives diesel BB 66000 et BB 67000 en passant par les autorails X 2400  X 2800 et X 4300 puis les locomotives électriques BB 25200 et BB 22200 y sont entreposées.

Description de cette image, également commentée ci-après

Description de cette image, également commentée ci-après

Description de cette image, également commentée ci-après

Description de cette image, également commentée ci-après

File:BB 66042 au dépot de Longueau.JPG

Description de cette image, également commentée ci-après

Description de cette image, également commentée ci-après

Description de cette image, également commentée ci-après

Fichier:22377lar.jpg

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Peuples d’Europe, par ici la sortie…

Cette génération verra l’effondrement de la civilisation chrétienne, parce que vous accepter cette situation, vous accepter que l’on vous remplace, alors ne venez pas vous plaindre, d’ailleurs vous ne vous plaignez pas… Vous êtes qu’un peuple de moutons sans signification, votre destin, c’est d’être égorgé, par votre manque de résistance face à vos bourreaux, eux n’ont pas d’état d’âme !

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Le voyage de Trice : Le Maine

Gare du Mans

Elle se trouve sur la ligne de Paris-Montparnasse à Brest et fait partie d’un complexe ferroviaire où aboutissent ou partent les lignes du Mans à Mezidon, du Mans à Angers-Maître- Ecole et de Tours au Mans

C’est une gare de la SNCF desservie par les trains des réseaux T.G.V, Intercités, T.E.R Normandie, T.E.R Centre-Val de Loire et T.E.R Pays de la Loire.

La création

L’histoire de la gare du Mans débute en 1848. C’est à cette date, avec l’expansion du chemin de fer, que la France veut s’unifier grâce aux machines à vapeur. La Deuxième République veut créer une voie reliant Paris à Rennes, deux villes sont alors pressenties pour faire un mi-chemin à la ligne : Alençon et Le Mans. 

Longtemps, la capitale de l’Orne conservera un grand service ferroviaire. Trouvé-Chauvel, commissaire du gouvernement pour la Sarthe, fait pencher la balance en faveur des Manceaux en débloquant la somme de 400 000 francs, afin de faire travailler des chômeurs sarthois sur la ligne.

 La ligne Le Mans-Connerré est construite. C’est le 28 mai 1854 que le premier train arrive en gare du Mans, accueilli par trois jours de fête. La Compagnie des chemins de fer de l’Ouest met officiellement en service la station du Mans le 1er juin 1854 lors de l’ouverture du service voyageur de sa ligne de l’Ouest jusqu’au Mans.

 La station dispose également des installations nécessaires pour les marchandises dont le service est ouvert quelques jours plus tard, le 20 juin. La ville, comme le département se modernisent et se tournent vers l’industrie. 

En cinq ans, la population du Mans est doublée. Les lignes, elles, se poursuivent : Sablé, Alençon, Tours ou Laval…

 En bénéficient. Dès 1863, ce sont 42 machines qui sont au départ de la gare.

L’après-guerre, les Trente Glorieuses, la retombée

En 1937, la ligne Paris-Le Mans est l’une des premières lignes de France à être électrifiée. En 1939, ce sont encore 150 locomotives à vapeur qui stationnent en dépôt et partent chaque jour de la ville. 

Pendant des décennies, on voit alors se croiser sur les ponts de la ville des locomotives vapeurs et des trains électrifiés. Dès le début des années 1970, la vapeur disparaît entièrement du paysage ferroviaire français. 

La prospérité de l’industrie se poursuit dans l’après-guerre et la gare du Mans en profite en étant « la plaque tournante » de l’ouest. Mais avec le ralentissement de l’activité industrielle dès les années 1970, les activités de la gare diminuent, les industries tournent au ralenti et la main d’œuvre au chômage apparaît de plus en plus nombreuse.

 La ville perd ses habitants et le train de marchandises n’aura de cesse de se faire de plus en plus rare jusqu’aux années 1990. Trois autres gares ont existé par le passé : la gare du Mans-les-Halles, la gare du Mans-Gué de Maulny et la gare du Mans-Triage.

 Les deux premières desservaient le réseau ferré de la Sarthe, l’autre était réservée aux transports commerciaux.

Copyright © Little Trice

Je trouve très moche cette avancée devant la façade !

Copyright © Little Trice

Eglise Saint-Joseph

 

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

1863 – 1864 : les Sœurs reçoivent de l’évêque du Mans, du curé de La Couture et d’un autre prélat, terrain et maison afin de créer une école de filles proche de la gare nouvellement implantée.

 Le 1er bâtiment de l’établissement est construit, et en 1864, 6 religieuses accueillent des jeunes filles de la maternelle au certificat d’études avec la possibilité d’un pensionnat.

La Sarthe

La Sarthe est une rivière, qui coule dans les quatre départements de l’Orne, de la Mayenne, de la Sarthe et du Maine-et-Loire, dans les deux régions de Normandie et des Pays de la Loire. 

Elle forme, en confluant avec la Mayenne, la Maine, qui se jette dans la Loire. Elle donne son nom à un département : la Sarthe. La Sarthe prend sa source, à une altitude de 252 mètres.

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

 

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Vive la France libre !

Je ne suis pas venu en Europe pour jouer au professeur, mais pour observer et apprendre. Et ce que j’ai appris, c’est que vous participez à un mouvement mondial, plus grand que la France, plus grand que l’Italie, plus grand que la Hongrie, plus grand que tout. 

 

L’histoire est de notre côté. Le sens de l’histoire nous donne raison et exige de nous que nous allions de victoire en victoire. (…) Les gouvernements centraux, les banques centrales, les grandes compagnies technologiques capitalistes, n’ont qu’un but, vous contrôler et continuer de vous faire souffrir de trois manières différentes :

 

 les banques centrales se chargent de dévaluer votre monnaie. 

 

Les gouvernements centraux se chargent de dégrader votre citoyenneté. 

 

Les grandes entreprises capitalistiques se chargent d’affaiblir votre identité individuelle. (…)

 

 C’est votre décence, votre courage, votre détermination, votre humanité naturelle qui font que l’histoire est avec vous. 

 

C’est pour cela que vous leur faites si peur. Mais le temps de ces insultes est fini. Portez ces insultes comme une décoration.

 

 Car chaque jour qui passe, nous devenons plus forts et ils s’affaiblissent. (…) Vive la France 

Steeve Bannon

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...

Pensée du jour !

En passant

Vos croyances deviennent vos pensées 
Vos pensées deviennent vos mots 
Vos mots deviennent vos actions 
Vos actions deviennent vos habitudes 
Vos habitudes deviennent vos valeurs 
Vos valeurs deviennent votre destinée 

Gandhi

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...