Le voyage de Trice : Le Bas-Poitou

La Grotte du Père Montfort

Louis-Marie Grignion de Montfort, né le 31 janvier 1673, mort le 28 avril 1716. Est un prêtre catholique français, fondateur de deux congrégations religieuses : la Compagnie de Marie (pères montfortains) d’où seront issus les Frères de Saint-Gabriel et une congrégation féminine : les Filles de la Sagesse. 

Il est aussi le représentant majeur de la seconde génération de l’école française de spiritualité. Béatifié en 1888 par Léon XIII, il est canonisé en 1947 par Pie XII. Issu d’une famille de dix-huit enfants, Louis-Marie Grignion est né en Bretagne, en 1673.

 Peu de temps auparavant ses parents avaient perdu leur premier enfant, mort à cinq mois. Louis était donc l’aîné de la très nombreuses familles composées en tout de huit garçons et de dix filles. 

Son père, avocat au bailliage de Montfort, exerce une profession qui ne lui procure pas suffisamment de revenus pour nourrir sa famille. Il s’installa donc à la campagne, où les produits des terres aideront toute la maisonnée à vivre.

 Louis naquit dans un foyer chrétien, et dès le lendemain de sa naissance, on le porta à l’église Saint-Jean, où le baptême le fit devenir fils de Dieu. Rapidement, on le met en nourrice chez une fermière des environs. 

Il gardera de la vie campagnarde l’amour de la nature et de la solitude où l’on trouve plus facilement le Seigneur que dans l’agitation des villes. C’est son père qui lui donna, semble-t-il, les premiers éléments d’instruction.

 Il est d’abord élève des jésuites, à Rennes, avant d’aller se préparer au sacerdoce, à Paris. Louis-Marie fait vœu de pauvreté en quittant Rennes pour Paris. Il est ordonné prêtre en 1700, et se consacre à la prédication dans des missions rurales qui s’organisent, alors, dans l’Ouest et le Centre de la France. 

Il prêche à Nantes et dans les communes alentour, notamment à Poitiers. Il réorganise l’hôpital de cette ville et en est nommé aumônier. Montfort a beaucoup aimé les pauvres, mais contrairement à ce que l’on croit, il ne s’occupe pas que des pauvres. 

Ses amitiés spirituelles avec le marquis de Magnanne et les époux de la Garaye en sont la preuve. Il fonde en 1703 une congrégation religieuse féminine, hospitalière à l’origine, les Filles de la Sagesse, qui étend très vite son activité à l’enseignement.

 Le 6 juin 1706, il est reçu en audience par le pape Clément XI espérant être envoyé en mission en outremer, mais le pape lui demande de rester en France avec le titre de missionnaire apostolique.

 À trois reprises, en 1715, il s’installe en ermite dans la petite grotte en forêt de Mervent. Il en sera chassé pour avoir abattu des arbres de la forêt royale sans autorisation.

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

Copyright © Little Trice

GD Star Rating
loading...
GD Star Rating
loading...
Le voyage de Trice : Le Bas-Poitou, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *